[Le Fil] L’incendie de la Grenfell Tower de Londres probablement causé par son isolation thermique

Vous avez certainement vu passer dans les nouvelles récemment le dramatique incendie de la Grenfell Tower de Londres. Au moins 30 personnes sont décédées, et les autorités s’attendent à un bilan beaucoup plus élevé (de l’ordre de la centaine de morts).

L’incendie a vraisemblablement pris au 4ème étage, avant de se propager vers le haut de la tour, jusqu’à consumer la quasi-totalité de ses étages supérieurs. Matt Wrack, secrétaire général des Fire Brigades Union1, a notamment déclaré : “Je n’ai jamais vu un feu engloutir un bâtiment tout entier de cette manière en plus de trente ans de carrière2.

La raison à une telle propagation de l’incendie est vraisemblablement à chercher du côté d’un nouveau bardage, récemment installé sur la façade extérieure de l’immeuble pour mieux l’isoler thermiquement – et ainsi augmenter son efficacité énergétique. Comme il s’agit d’un bardage, il existe un espace entre ce dernier et le mur à proprement parler. Le problème est que cet espace a servi de cheminée, permettant au feu de se propager d’un étage à l’autre en remontant. Dangereux, ce type de bardage est par exemple interdit aux États-Unis.

Contrairement à ce que certains disent, je ne pense pas que ce soit le fait de vouloir isoler les bâtiments qui soit directement en cause dans cet incendie ; plutôt le fait que, parfois, une telle isolation est réalisée avec une parfaite inconscience.

[The Stream] Grenfell Tower fire probably caused by climate change retrofitting of the building – The Signal in English

Ryan Maue on Twitter about the Grenfell Tower fire: “Sadly, Grenfell Tower fire blamed on “green energy” or climate change retrofitting to outside covering of building”. I would rather say the fire has been caused by blind/senseless climate change retrofitting.

Source : en.thesignal.info/2017/06/stream-grenfell-tower-fire-probably-caused-climate-change-retrofitting-building.osc

[Le Fil] Pourquoi certains malades recourent-ils au suicide assisté ?

La question du suicide assisté est un débat de société récurrent. L’enjeu est de permettre à des personnes atteintes de pathologies graves et incurables de décider elles-mêmes de leur propre mort3, et ainsi de s’éviter de terribles souffrances physiques et mentales.

Toutefois, pourquoi les personnes qui font appel au suicide assisté décident-elles de mettre fin à leurs jours ?

Intuitivement, on est tenté de penser que s’éviter des souffrances physiques est la principale raison de la décision du patient. Toutefois, une étude publiée le 24 mai suggère que ce sont plutôt des facteurs psychologiques qui influent la décision.

Au cours d’une enquête réalisée par des psychiatres sur 74 patients ayant décidé de se donner la mort dans un cadre médicalisé au Canada (où c’est légal) entre mars 2016 et mars 2017, il semble plutôt que le motif principal poussant au suicide était la volonté de conserver une forme de contrôle sur son existence, plutôt que laisser la maladie “décider” de tout.

Voici ce qu’en dit Madeline Li, professeur associée à l’Université de Toronto citée par le Washington Post2 :

C’est ce que j’appelle une détresse existentielle. La qualité de vie [des patients] n’est pas celle qu’ils désirent. Ils sont très souvent éduqués et riches – des gens ayant eu l’habitude d’avoir du succès et du contrôle sur leurs vies, et c’est ainsi qu’ils veulent que leur mort soit.

L’article en lien (en anglais) étoffe très largement les circonstances psychologiques et le profil des personnes qui décident de recourir au suicide assisté.

Chacun-e se fera librement son avis sur l’opportunité de légaliser ou non le suicide assisté. Mais quel que soit l’avis que l’on se forge (si tant est que l’on s’en forge un), il me semble toujours fondamental d’avoir toutes les cartes en main avant de se décider. C’est en cela que vulgariser les sciences est une nécessité absolue – qu’il s’agisse de médecine, d’économie de toute autre discipline.

It’s not pain but ‘existential distress’ that leads people to assisted suicide, study suggests

Psychological rather than physical suffering is the main reason people give for seeking to end their lives.

Source : www.washingtonpost.com/news/to-your-health/wp/2017/05/24/its-not-pain-but-existential-distress-that-leads-people-to-assisted-suicide-study-suggests/

[Le Fil] L’huile de palme est 17 fois moins responsable de la déforestation que ce que disent certains médias et politiques

D’après certains médias, reprenant une “information” du Parlement Européen, l’huile de palme serait responsable de 40% de la déforestation mondiale. Pourtant, d’après les trois chercheurs agronomes auteurs de cet article, celle-ci serait responsable de… 2,3% de la déforestation mondiale, soit dix sept fois moins que les 40% affichés !

Comment expliquer ces écarts ? Par quels chemins un chiffre “faux” (mais spectaculaire) a-t-il bénéficié d’une telle exposition politico-médiatique ? Et quels sont les enjeux d’une information de qualité, non déformée, pour la bonne tenue du débat public ?

Outre ces questions, cet article met en creux le doigt qu’une bonne vulgarisation scientifique est une vulgarisation qui ne caricature pas – et qui prend le temps d’expliquer le processus par lequel on “fabrique” des connaissances scientifiques.

Bref, je ne peux que vous conseiller la lecture de cet article !

Non, l’huile de palme n’est pas responsable de 40 % de la déforestation

La lutte contre la déforestation causée par la culture du palmier à huile en Asie du Sud-Est passe par une information solide et partagée.

Source : theconversation.com/non-lhuile-de-palme-nest-pas-responsable-de-40-de-la-deforestation-76955?utm_term=Autofeed

Le ciel de 2022 sera-t-il illuminé par une explosion d’étoiles ?

L’étoile KIC 9832227, en réalité composée de deux astres, pourrait fusionner en 2022 et devenir l’un des objets les plus lumineux du ciel pour quelques mois.

Pierre Barthélémy sur Passeur de sciences :

Invisible à l’œil nu, cet astre est situé à quelque 1 800 années-lumière de nous dans la constellation du Cygne. Derrière le nom unique de KIC 9832227, il y a en réalité deux étoiles.

[Les] astronomes se sont aperçus que la période orbitale décroissait. Les deux étoiles continuent de se rapprocher l’une de l’autre… En se basant sur le modèle d’une autre binaire à contact, V1309 Sco, dont la fusion a été détectée en 2008, les auteurs de l’étude estiment que la fusion de KIC 9832227 est sur le point d’être à son tour visible.

Si leurs calculs sont exacts, le spectacle commencera en mars 2022 (avec tout de même une barre d’erreur de plus ou moins sept mois…) : à ce moment-là, une nouvelle étoile – une nova, disent les astronomes – devrait apparaître dans la constellation du Cygne. Actuellement invisible à l’œil nu, KIC 9832227 pourrait devenir aussi brillante pour nous que l’étoile Polaire !

Il faut toutefois prendre cette étude avec quelques précautions. […] Le chercheur français [Sylvain Chaty] estime […] que fonder une extrapolation à partir de ce qui est arrivé à l’étoile V1309 Sco est un peu hasardeux.

Une nouvelle étoile va-t-elle apparaître dans le ciel en 2022 ?

Une nouvelle étoile va-t-elle apparaître dans le ciel en 2022 ?

Source : passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2017/01/14/une-nouvelle-etoile-va-t-elle-apparaitre-dans-le-ciel-en-2022/

1 2