[Le Fil] Concilier famille et divergences politiques : une enquête sociologique

Très intéressant long format du Figaro à propos du danger qui peut parfois planer sur les liens familiaux en cas de désaccords politiques. Neuf témoignages sont proposés, illustrés par des interviews d’Anne Muxel, sociologue et directrice de recherche CNRS au CEVIPOF qui travaille (notamment) sur la transmission intergénérationnelle.

Le jour où la politique a fait exploser ma famille

Source : grand-angle.lefigaro.fr/presidentielle-politique-famille-conflits-temoignages

[Le Fil] Les passations de pouvoir au cours de la Cinquième République

Alors que ce matin Emmanuel Macron a été investi huitième Président de la Cinquième République, voici un intéressant documentaire sur ce moment assez particulier dans la vie de la République. Il compare les investitures des différents Présidents, et met en évidence le caractère éminemment politique de ces dernières.

Il sera diffusé ce soir sur France 5 à 20h50. Le Monde propose de le regarder en avant-première (ça se passe tout en bas de l’article).

Bon visionnage !

TV : « Jours de sacre à l’Elysée », quand un président laisse la place au suivant

Notre choix du week-end. Le documentaire de Christian Huleu explore les différentes étapes de cette journée particulière qu’est celle de la passation des pouvoirs (dimanche 14 mai, sur France 5, à 20 h 50).

Source : www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2017/05/12/tv-jours-de-sacre-a-l-elysee-quand-un-president-laisse-la-place-au-suivant_5126975_1655027.html

[Le Fil] Emmanuel Macron est-il un Président sans idéologie politique ?

La question s’est beaucoup posée pendant la campagne : quelle idéologie Emmanuel Macron défend-il ? Son approche d’abord “ni gauche ni droite” puis “et gauche et droite” a semble-t-il beaucoup déstabilisé, à droite, à gauche et parmi un certain nombre de commentateurs.

Dans cet article que je vous partage, Speranta Dumitru, Maître de conférences  en sciences politiques à l’Université Paris Descartes, propose de lire le programme d’Emmanuel Macron sous l’angle d’un courant philosophique bien particulier : le libéralisme égalitaire. Des noms comme John Rawls et Amartya Sen auront été décisifs dans la constitution de cette philosophie politique, avec des concepts aussi centraux que le voile d’ignorance ou les capabilités.

Je ne sais pas si Emmanuel Macron adhère effectivement à cette philosophie politique, mais à tout le moins cet article est intéressant – car il élève un peu le débat sur une supposée absence totale de fond d’Emmanuel Macron. La question n’est pas de le “défendre” (pour la 8473ème fois, The Signal est non-partisan), mais d’essayer de comprendre les tenants et les aboutissants de cette élection qui a d’ores et déjà profondément changé la vie politique française.

Qu’est-ce que le libéralisme égalitaire ? Comprendre la philosophie de Macron

Le candidat d’En Marche ! est celui qui utilise le plus les termes d’égalité et de capacités. Un discours inspiré par les travaux de John Rawls et d’Amartya Sen.

Source : theconversation.com/quest-ce-que-le-liberalisme-egalitaire-comprendre-la-philosophie-de-macron-76808

[Le Fil] Pourquoi le Front National a-t-il perdu l’élection ?

Intéressant article du Washington Post (en anglais, donc), qui s’interroge sur les causes de l’échec du Front National en France – là où Donald Trump et le Brexit ont précédemment triomphé1.

Les principaux arguments sont les suivants2 :

  • la France a déjà connu un gouvernement d’extrême-droite (le régime de Vichy) et n’a pas oublié ses aspects négatifs (notamment la déportation et la discrimination des juifs). Or, le Front National reste encore largement perçu comme un parti d’extrême-droite
  • bien qu’en croissance, les inégalités dans la société française sont moins importantes qu’au Royaume-Uni et aux États-Unis, ce qui permet de contenir le ressentiment d’une partie de la population (en général averse à l’inégalité – mon ajout), moins attirée par les extrêmes
  • sur le terrain du populisme économique, le Front National est en concurrence avec la France Insoumise. Aux États-Unis par exemple, Donald Trump était opposé à Hillary Clinton, qui n’est pas une populiste. De fait, il y a un “partage” de l’espace politique entre un populisme d’extrême-droite et un populisme d’extrême-gauche qui ne sont pas nécessairement compatibles
  • malgré les (nombreuses) attaques terroristes dont le pays a été victime, peu ont adhéré à l’idée selon laquelle le terrorisme islamiste serait un co-produit de l’islam

Je pense qu’il y a matière à réflexion. Je suis assez d’accord avec le premier argument, qui est peut-être l’aspect le plus important (en lisant le titre de l’article, j’ai immédiatement pensé à cette explication historique). Le deuxième et le quatrième me paraissent également intéressants. Sur le troisième, la réalité d’une concurrence politique partielle entre le Front National et la France Insoumise sur certains thèmes me paraît claire (elle est d’ailleurs revendiquée par la France Insoumise), mais je suis gêné par le terme de “populiste”, qui me paraît 1) péjoratif 2) souvent mal défini3.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Why the populists didn’t win France’s presidential election

People were looking for change, but not the kind offered by Marine Le Pen.

Source : www.washingtonpost.com/world/europe/why-the-populists-didnt-win-frances-presidential-elections/2017/05/08/061b5930-3023-11e7-a335-fa0ae1940305_story.html

1 2 3 4 5 6